Le Gouvernement du Grand-Duché de Luxembourg Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche
  Recherche  
 x Recherche avancée
  Accueil | Nouveautés | Liens | Vos réactions | Contact | Protection des données Aide | Index | A propos du site
     ImprimerEnvoyer à

> Accueil > Enseignement supérieur > Programme gouvernemental

Programme gouvernemental

Vers le niveau supérieur

Enseignement supérieur

Université du Luxembourg

Conscient de l’œuvre accomplie depuis 2003 par l’Université du Luxembourg, le Gouvernement confirme son soutien à celle-ci. L’Université est un instrument essentiel de modernisation de notre pays.

Il encourage l’Université à s’impliquer dans la réflexion sur les mutations de la société luxembourgeoise et à contribuer par ses travaux de recherche à trouver des solutions aux problèmes qui se posent dans les domaines scientifiques, économiques et sociétaux. La recherche universitaire, qui doit certes répondre aux standards internationaux, doit rester un instrument au service du pays.

Le recrutement des chercheurs et des enseignants de l’Université doit continuer à tendre vers l’excellence internationale tout en pratiquant une promotion interne conséquente et en accueillant des chercheurs et des enseignants résidents.

Le contrat d'établissement pluriannuel pour la période 2014-2017 sera conclu sur base du plan quadriennal établi par l'Université et les négociations seront entamées au cours de la législature en vue du renouvellement du contrat d’établissement pour la période 2018-2021 en tenant compte des conclusions des évaluations externes.

Le Gouvernement sera ouvert à une collaboration régulière avec les associations estudiantines.

Ensemble avec l’Université, le Gouvernement étudiera l’opportunité d’étendre l’offre de formations supérieures, et notamment celle des formations continues.

Le Gouvernement étudiera l’opportunité d’une extension de la formation universitaire médicale à l’université de Luxembourg ou alternativement la mise en place d’une collaboration plus intensive avec une ou des universités de la région jouissant d’une excellente réputation dans ce secteur. Le Gouvernement développera la formation postuniversitaire des médecins généralistes et l’intégrera dans le cursus de l’Université du Luxembourg.

En ce qui concerne l’implantation des différentes facultés de l’Université, le gouvernement respectera ses engagements pris en 2005. Le Gouvernement ne tardera pas de mettre à disposition les fonds nécessaires à l’accomplissement rapide des travaux de construction et d’équipement des nouvelles infrastructures sur le site de Belval afin que l’Université puisse y emménager le plus vite possible.


Les étudiants

Dans le cadre de la stratégie « Europe 2020 » précitée, le Luxembourg s'est par ailleurs engagé d'atteindre le seuil de 66% de diplômés de l'enseignement supérieur parmi la population active âgée de 30 à 34 ans. Partant, un effort considérable reste à être réalisé pour augmenter significativement le nombre de résidents qui accomplissent avec succès des études supérieures.

Afin d'atteindre cet objectif, le Gouvernement mettra en œuvre, à côté des réformes dans l’enseignement fondamental et secondaire, une réforme du régime des aides financières de l’Etat pour études supérieures, tout en se conformant à l’arrêt C-20/12 rendu par la Cour de justice de l’Union européenne le 20 juin 2013. Ce nouveau système opérera un réajustement des aides financières et tiendra compte du coût des études que les jeunes poursuivent ainsi que de la situation sociale des bénéficiaires et d’un critère de réussite. Les personnes accomplissant des formations professionnalisantes postsecondaires pourront également bénéficier de ce système.

Le Gouvernement encouragera des classes préparatoires afin de faciliter l’accès des étudiants aux Grandes Ecoles françaises.

Le Gouvernement, en étroite coopération avec le Service des études et de la vie étudiante de l’Université, les communes et les promoteurs publics, intensifiera ses efforts pour pouvoir offrir un nombre suffisant de logements aux étudiants ainsi qu’aux chercheurs et aux jeunes créateurs d’entreprises.


Recherche, Développement et Innovation (RDI)

Le Luxembourg a dû repenser au cours de ces dernières années son modèle économique en vue de répondre aux exigences inhérentes à l'essor de la société de la connaissance. L'avenir du Luxembourg se construit dans les niches de compétence, la « matière grise » constituant désormais sa première « ressource naturelle ». En même temps, la société luxembourgeoise a connu une profonde mutation, notamment en raison d'une forte immigration au cours des dernières décennies. Enfin, les défis environnementaux croissants ont provoqué une prise de conscience pour la nécessité d'un développement économique plus durable.

Dans ce contexte, la recherche a au moins un double rôle à jouer : d'un côté, elle doit contribuer à la création de richesse économique en stimulant la compétitivité et la croissance par le biais de l'innovation ; de l'autre côté, elle doit contribuer à la solution des problèmes de société actuels, que ce soit dans le domaine de l'éducation, de l'intégration et de la cohésion sociale, ou encore de la préservation de l'environnement naturel et humain.

Voilà pourquoi le Gouvernement veillera, ensemble avec tous les partenaires du secteur de la recherche au Luxembourg, à ce que la politique de la recherche et de l'innovation soit menée dans le respect de ces objectifs.

Afin de démocratiser et de mieux structurer le débat sur ces objectifs et leur mise en oeuvre pratique, le Gouvernement organisera tous les deux ans des « assises de la recherche, du développement et de l'innovation (RDI)» et réformera le Comité supérieur de la recherche et de l’innovation. Il s'agira également d'optimiser l'échange et la collaboration entre les différents acteurs publics et privés et de promouvoir ainsi le transfert de connaissances et de technologies.

Le rôle du Fonds national de la recherche en tant qu’instance de coordination et d’évaluation de la recherche publique sera renforcé. L’Etat gardera la possibilité de proposer des sujets de recherche à intégrer dans le programme du FNR. Les projets retenus par le FNR seront évalués par une instance indépendante externe entre autres quant à leur intérêt pour le pays.

Dans le cadre de la stratégie « Europe 2020 », le Luxembourg s’est engagé dans son Programme national de réforme « Luxembourg 2020 » de porter d’ici 2020 ses investissements dans la recherche à un montant se situant dans une fourchette de 2,3% à 2,6% de son PIB, dont environ un tiers (0,7% à 0,9% du PIB) proviendra de la recherche publique.

Le Gouvernement réitère cet engagement, tout en tenant compte de la capacité d’absorption du dispositif national. Aussi, le Gouvernement maintient son objectif à long terme de porter les dépenses publiques en faveur de la recherche à l’équivalent de 1% du PIB. Les contrats de performance conclus ou à conclure avec les bénéficiaires garantiront un emploi efficace et ciblé des fonds mis à disposition par l’Etat.

Le Gouvernement encouragera une politique renforcée de RDI des administrations et services gouvernementaux par la mise à disposition coordonnée de moyens budgétaires dédiés à cet effet, tout en assurant leur efficacité par l’évaluation externe.

Pour ce qui est de la recherche privée, elle s’est tassée ces dernières années, passant de 1,53% du PIB en 2000 à seulement 0,98% en 2011. Afin de remédier à cette situation, le Gouvernement s’attachera à rapprocher les institutions publiques de recherche et les entreprises afin d’élaborer un agenda commun de recherche ciblé sur des évolutions à moyen et long terme. Il ne s’agit pas seulement de répondre à des demandes d’innovation dans l’immédiat, mais aussi de préparer l’avenir en définissant de nouveaux créneaux. Dans ce sens, le Gouvernement encouragera la création de centres de compétences communs des instituts publics de recherche et des entreprises comme pôles d’innovation.

Par ailleurs, il veillera à assurer davantage la valorisation économique des résultats de recherche de l’Université de Luxembourg et des centres de recherche publics.

Dans ce contexte il encouragera l’esprit d’entreprise au sein de ces établissements et soutiendra les efforts de création de start-ups ou spin-off.

Le Gouvernement ajustera l’interface entre les instruments de financement de la recherche publique et de la recherche privée afin de promouvoir des projets et programmes de recherche et d’innovation en soutien des différents secteurs prioritaires de l’économie.

Pour être efficaces la recherche et l’innovation doivent reposer sur des réseaux qui ne connaissent pas de frontières. Le Gouvernement visera ainsi une meilleure intégration des acteurs luxembourgeois aux programmes et initiatives de coopération scientifique et technologique au niveau européen voire international, dans ce contexte une attention particulière sera attribuée à une participation accrue aux activités du programme communautaire de RDI « Horizon 2020 ».

Au niveau européen, le Gouvernement s'emploiera à faire orienter la recherche de préférence vers les énergies renouvelables, au dépens de l'énergie nucléaire.

Le Gouvernement s’attachera à améliorer les conditions de travail des chercheurs. Il s’agira également de créer des liens d’attachement forts entre les chercheurs de pointe et les institutions de recherche nationales en tâchant de mieux intégrer les étudiants et chercheurs étrangers à la société luxembourgeoise, leur permettant ainsi de mieux comprendre les conditions et les défis de notre société.

Le Gouvernement continuera ses efforts en vue de développer un environnement propice à l’essor de l’emploi scientifique et technologique. Il vise à promouvoir les perspectives de carrière, la mobilité et l’égalité des chances en matière d’accès d’hommes et de femmes aux métiers scientifiques et techniques. Dans la même ligne d’idées, le Gouvernement continuera à soutenir la sensibilisation des jeunes aux sciences et technologies et à promouvoir la culture scientifique en général.

«Open Access»

Le Gouvernement invite l'Université ainsi que les autres organismes de recherche publics à publier, dans la mesure du possible, leurs articles scientifiques en « Open Access » afin de les rendre librement et gratuitement accessibles en ligne, tout en respectant les droits attachés. Le Gouvernement soutient l’élaboration de lignes directrices communes en la matière. L’ « Open Access » permettra notamment de mieux valoriser la production scientifique réalisée au Luxembourg en améliorant de manière générale la visibilité, la diffusion et le nombre de citations des articles publiés par les chercheurs.



Haut de page

Copyright © Ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche   Aspects légaux | Contact